ça s’est passé un…7 août et plus

ça s’est passé un…7 août et plus

Le 7 août 1786 : Première ascension du Mont Blanc

Le 7 août 1786, le médecin Michel Paccard (29 ans), passionné de botanique, entreprend avec Jacques Balmat (24 ans), son accompagnateur, la première ascension du Mont Blanc (le point culminant des Alpes – 4809 mètres – appartient à ce moment-là au royaume de Piémont-Sardaigne comme l’ensemble de la Savoie).

Les deux hommes mettront deux jours à réaliser l’ascension, inventant sans le savoir une discipline promise à un prodigieux succès : l’alpinisme. Leur statue trône en bonne place sur la principale place de Chamonix.

Nul n’avait encore songé à escalader le Mont Blanc, qualifié de montagne maudite par les Savoyards, jusqu’à ce qu’un jeune étudiant genevois, Horace Bénédict de Saussure, découvre en 1760 le village de Chamonix, à ses pieds, et se laisse séduire par les sommets. À 46 ans, devenu un savant et un notable, il offre une prime aux premiers hommes qui vaincraient le Mont Blanc. Lui-même attendra un an avant de réaliser le rêve de sa vie, avec 18 guides dont Balmat, chargés d’instruments scientifiques…

Le 7 août 1947, Arrivée triomphale du Kon Tiki en Polynésie

Le radeau «Kon Tiki» de l’anthropologue norvégien Thor Heyerdal (32 ans) arrive dans l’archipel des Tuamotou, en Polynésie, après un voyage de 6900 km.

Le radeau a appareillé le 28 avril 1947 du port de Callao, sur la côte du Pérou, avec un équipage de six hommes, cinq Norvégiens et un Suédois. Avec ce radeau imité des anciennes embarcations des Inca, construit sans clous, avec neuf tronc de balsa (bois léger), Thor Heyerdal veut démontrer que les Indiens d’Amérique ont pu coloniser les archipels du Pacifique. Cette idée lui est venue en recueillant dans les îles Marquises une légende selon laquelle les ancêtres des insulaires seraient venus là de l’Est, guidés par le dieu Tiki à bord de bateaux plats. Quelques années plus tard, lors d’un voyage sur les bords du lac Titicaca (Pérou), il  fait le rapprochement avec un ancien mythe péruvien selon lequel un héros dénommé Kon-Tiki (roi-soleil) aurait fui le pays en prenant la mer avec femme et enfants.

Sans assistance extérieure, avec seulement une petite radio et un canot pneumatique, en se nourrissant de l’eau de pluie et de la pêche, notamment des poissons volants qui s’échouent sur le pont, l’équipage accomplit l’exploit en frôlant maintes fois la mort.

Le film et le livre à succès que l’anthropologue a tirés de son aventure vont donner du crédit à son hypothèse sans toutefois en apporter la preuve. Thor Heyerdal a voulu plus tard, en 1969, renouveler l’exploit en traversant l’Atlantique à bord d’un bateau du Nil pour démontrer une parenté entre les civilisations du Mexique et de l’Égypte pharaonique. Mais son bateau de papyrus, le «Râ», n’a pu atteindre le Nouveau Monde… (Il semblerait que de récentes études de comparaison d’ADN entre les peuples de Polynésie et les indiens vivant au Pérou ont démontré une incompatibilité telle qu’il qu’il serait impossible qu’une filiation existe entre les deux populations. Dommage pour Thor Heyerdal. Si la démonstration n’existe plus, il n’en reste pas moins l’exploit et l’aventure.)

Et…

le 9 août 1564 : L’Édit de Roussillon consacre le 1er janvier

Le 9 août 1564, à Roussillon, près de Grenoble, le roi Charles IX signe en présence de sa mère, la régente Catherine de Médicis, un édit préparé par le chancelier Michel de L’Hospital et le ministre Sébastien de L’Aubespine.

Entre autres dispositions, cet édit fixe au 1er janvier le début de l’année calendaire dans toute la France, confirmant ainsi l’article 39 de l’édit de Saint-Germain qui prescrivait déjà de dater les actes publics en faisant commencer les années au 1er janvier. Auparavant, le début de l’année variait selon les provinces : à Lyon, c’était le 25 décembre, à Vienne, le 25 mars, ailleurs encore le jour de Pâques…

Notons que l’empereur d’Allemagne Charles Quint avait déjà fixé le début de l’année au 1er janvier pour ses terres, quelques décennies plus tôt. En 1622, le pape allait généraliser cette mesure à l’ensemble du monde catholique.

Selon certains historiens, la tradition du poisson d’avril tire ses origines de l’édit de Roussillon.

9 août 1945 : Une bombe atomique sur Nagasaki

Le largage d’une bombe atomique sur Hiroshima n’ayant pas suffi à vaincre la détermination des dirigeants japonais, les Américains décident, trois jours plus tard, le 9 août 1945, de larguer sur le Japon la deuxième et dernière bombe atomique dont ils disposent. Celle-là est au plutonium et non à l’uranium 235, une différence au demeurant insignifiante du point de vue des futures victimes.

Le bombardier B-29 de Charles Sweeney survole d’abord la ville de Kokura. La cible étant occultée par les nuages, il poursuit sa route vers Nagasaki (250.000 habitants) où une éclaircie du ciel lui permet d’effectuer le funeste largage. 40.000 personnes sont cette fois tuées sur le coup et des dizaines de milliers d’autres gravement brûlées (80.000 morts au total selon certaines estimations).

from Hérodote.net
Ce contenu a été publié dans Histoire. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.