Et un peu de musique : “La Marseillaise”, hymne maçonnique ?

null

La Marseillaise. notre hymne national fait parfois polémique aujourd’hui pour ses paroles guerrières. 

Mais connait-on vraiment la genèse de notre hymne national ?

En général, ce qu’on peut en lire, c’est qu’à la demande du Maire de Strasbourg, Rouget de l’Isle (1760-1836), a composé le chant dans la nuit du 25 au 26 avril 1792 à la suite de la déclaration de guerre à l’empereur d’Autriche. Elle portait alors le titre de « Chant de guerre pour l’armée du Rhin ».

La Marseillaise est déclarée chant national le 14 juillet 1795.

Interdite sous l’Empire puis la Restauration, elle est remise à l’honneur après la révolution de 1830 et redevient hymne national sous la IIIe République. Le ministère de l’Éducation nationale conseille d’en pratiquer le chant dans les écoles à partir de 1944, pratique qui est dorénavant obligatoire à l’école primaire (proposition de loi du 19 février 2005, adoptée le 23 avril 2005, modifiant l’article L321-3 du Code de l’éducation). Les Constitutions de 1946 (IVe République) et de 1958 (Ve République) conservent La Marseillaise comme hymne national (article 2 de la Constitution de 1958).

Donc revenons à l’histoire.

Après la déclaration de guerre de la France à l’Empereur d’Autrice, Philippe-Frédéric de Dietrich, maire de Strasbourg demande à Rouget de l’Isle de lui composer un nouvel hymne pour son armée. Rouget de l’Isle est un jeune capitaine du génie en garnison à Strasbourg depuis 1791.

Le baron Philippe-Frédéric de Dietrich, est un membre éminent  de la Loge de La Candeur, une Loge de la Stricte Observance du Directoire Écossais de Bourgogne. De Dietrich, comme d’autres maçons strasbourgeois, appartient aux Illuminaten et son pseudonyme est Omarius.

Daniel Ligou nous dit à propos de Rouget de l’Isle, dans son Dictionnaire de la Franc-Maçonnerie:Rouget de Lisle (Claude Joseph), 1760-1836. Le célèbre auteur de La Marseillaise a appartenu à la loge “Les Frères Discrets, Orient de Charleville. Plusieurs membres de sa famille ont appartenu à la loge L’Intimité, Orient de Niort.”

Initié, passé au grade de Compagnon puis élevé à la Maîtrise en 1782 en quelques mois, selon les usages de l’époque, le frère Rouget de l’Isle a ensuite probablement visité les loges au gré de ses affectations…

Rouget de l’Isle fréquente le salon du maire de Strasbourg. Il est certain que leur appartenance commune à la Franc-Maçonnerie a créé entre eux des liens particuliers. Outre les militaires, ce salon reçoit aussi les Frères de la Loge de de Dietrich : c’est dire que Rouget de Lisle les côtoie directement durant son séjour de plus d’un an dans la capitale alsacienne. Et l’on voit mal ces Frères ne pas évoquer, au détour de quelques conversations, quelques éléments de leur vie maçonnique.

Les Loges strasbourgeoises ont, à ce moment cependant, cessé de se réunir : Rouget de Lisle ne peut donc plus participer à des activités maçonniques régulières. Mais force est de constater qu’il continue d’évoluer, durant tout son séjour sur les bords du Rhin, dans un milieu maçonnique, ici le strasbourgeois.

C’est bien le maire de Strasbourg qui, quelques jours après la déclaration de guerre, demande le 25 avril 1792 à Rouget de L’isle un chant militaire pour l’armée du Rhin. Particulièrement inspiré, le jeune capitaine le compose – musique et paroles – dans la nuit qui suit, celle du 25 au 26 avril.

Sous son titre original de “Chant de guerre pour l’armée du Rhin”  il fut chanté pour la première fois le 26 au soir, par Rouget de Lisle dans le salon du maire Dietrich, avec un accompagnement de clavecin joué par Madame Dietrich.

Dans les jours suivants, l’épouse du maire arrange un peu les partitions et se charge de les faire parvenir à d’autres personnes en Alsace et à Bâle.

Nous ignorons si Madame de Dietrich appartenait à la Franc-Maçonnerie féminine en 1792. Mais elle n’ignore pas l’appartenance de son époux.

Ce qui est néanmoins sûr c’est qu’elle en est membre après 1800. En 1805, la Loge parisienne des Francs-Chevaliers se transporte à Strasbourg pour y tenir une Loge d’adoption le 15 septembre. Sa présidente, en qualité de Grande Maîtresse, est la baronne de Dietrich. Lors de cette tenue, elle a l’honneur d’accueillir l’Impératrice Joséphine et d’initier en sa présence ses dames d’honneur.

Décidément, des Francs-Maçons sont toujours présents dans l’entourage immédiat de Rouget de Lisle.

Le père de notre hymne national s’éteint le 26 juin 1836 à Choisy-le-Roy, entouré de la famille Voïard et du général Blein. Le Franc-Maçon Jacques-Philippe Voïard est un des signataires de l’acte de décès.

Pour la postérité, son souvenir a aussi été taillé dans la pierre brute dans sa ville natale de Lons-le-Saunier par un Franc-Maçon de la Loge Alsace-Lorraine, le célèbre statuaire Bartholdi, père de La Liberté éclairant le monde, dite aussi, Statue de la Liberté, qui est actuellement dans le port de New York.

Lorsqu’un autre Franc-Maçon, Eugène Pottier, communard en exil à New York, décide d’écrire son poème intitulé L’Internationale, il le fait sur l’air de … la Marseillaise. Ce n’est qu’en 1888 que l’Internationale fut mise en musique telle que nous la connaissons aujourd’hui par le musicien lillois Pierre Degeyter.

La synthèse entre La Marseillaise et l’Internationale se trouve dans la belle formule de Jean Jaurès : «Un peu d’internationalisme éloigne de la patrie, beaucoup y ramène

Signalons enfin qu’il existe une Marseillaise Maçonnique chantée l’Orient de Toulouse, dans la Respectable Loge  La Sagesse, le jour de la Saint Jean d’Hiver 1792, an premier de la République Française, par le Frère Jouy, affilié à ladite loge, & ex-Maître de la loge Saint-Hubert, à l’Orient du Mans…

Jean-Laurent Turbet sur 14 Juillet 2016
Ce contenu a été publié dans Histoire. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.