Il y a 110 ans le 5 novembre 1906, une femme entre à la Sorbonne!

Toute l’existence de Marie Curie est sous le signe de la droiture, de l’humanisme, et du travail. Quand elle était enfant à Varsovie, la résistance intellectuelle à l’occupation russe était obligatoire : l’occupant pouvait saisir ce qu’il voulait, sauf ce que les Polonais avaient dans la tête.

Une série documentaire d’Olivier Chaumelle et Vincent Decque

L’existence de Maria Skłodowska devenue Marie Curie est légendaire. C’est un superbe conte à la fois triste et merveilleux. Non que ce qu’on en raconte soit erroné ou tant que ça embelli par l’histoire, mais tout de même, une telle conjonction de gloires, associées à une pareille accumulation de malheurs, ça force le respect.

Sa grande sœur qui meurt du typhus, puis sa mère, de tuberculose. Les travaux sur les « rayons uraniques » d’Henri Becquerel qui mènent à la découverte du polonium et du radium, puis à la détermination de la masse atomique du radium (226 et des poussières). L’épouvantable mort accidentelle de Pierre Curie. L’immense scandale de sa liaison avec Paul Langevin (le beau Paul est marié, elle est veuve). Son engagement pour radiographier les soldats blessés pendant la première guerre mondiale. Les deux prix Nobel. Et le Panthéon pour finir.

Pour aller plus loin c’est ICI

Ce contenu a été publié dans Actualité, Histoire. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.